Accueil » Présentation du projet

Présentation du projet

"Rénato et la Noosphère" est un diptyque biographique consacrée à l'artiste Rénato de la Verga (1933-2012).

Un homme spirituel

Connaissez-vous le brennig-sauteur? Avez-vous déjà médité sous un vieux chêne breton? Partez à la rencontre d’un employé d’usine qui a côtoyé des druides, le grand maître Zen Deshimaru, le petit-fils de Louis-Ferdinand Céline, des chercheurs mystiques, des peintres et des sculpteurs talentueux, des religieux, des clowns et tant d’autres figures…

Tentez avec lui de répondre à la question fondamentale:

« c’est quoi le bonheur ? »

Un artiste pataphysicien

arete-de-boire-Renato-de-la-verga

Pinseyeur (artiste exploitant le bois flotté), peintre, plasticien à l’humour potache, Rénato de la Verga a également puisé dans ses nombreuses recherches spirituelles pour alimenter ses œuvres.

La tendresse côtoie souvent l’acidité et l’autocritique n’est pas absente du travail de ce pataphysicien christiano-bouddhiste. Un mélange explosif qui amuse les petits comme les grands, et sait atteindre l’âme des plus attentifs d’entre nous. [Visiter sa galerie →]

Za-Zen

Cela commence au Monastère de l’Arbresle. Sensei Deshimaru, authentique Maître Zen Soto japonais avait organisé une sesshin. J’arrive avec mon zafu (coussin de méditation) et dès le premier zazen commencent les longues assises dans le silence de la chapelle de Le Corbusier. Posture juste, respiration juste et état d’esprit juste… Le corps, le souffle et l’esprit en harmonie pour une fois. Car dans les autres sesshins, un genou coinçait ou la nuque ou le dos ou les reins ou des pensées parasites ou encore une respiration saccadée. Bref, pour cette sesshin de l’Arbresle, rien… Le nada de Saint Jean de la Croix. Une impression profonde d’exister simplement en harmonie avec moi-même et avec les autres.

— René Le Verge, J’ai eu le Satori, juillet 1987.

Bigoudène

Érotico-mystique

Adam

« Nous devrions suivre la voie de ce serpent, sa vie est simple, il a l’air heureux… »

Ève

« Et si nous faisions Za-Zen plutôt ? Le paradis est le lieu idéal, non ? »